Abri en neige

 

Tout le monde connaît les abris de glace, sous le nom d'igloo, mais moins savent qu'il est également possible de construire un abri de fortune avec de la neige (qinzee). En moins de temps,d'efforts et de ressources qu'il le faut pour couper et assembler des blocs de glace, il est possible de creuser un tas de neige bien tassé et de s'y glisser afin de se protéger du vent et paradoxalement, du froid et de la neige. En effet, la neige durcie, tout comme la glace, peuvent être de bon isolant et peuvent permettre de gagner quelques précieux degrés par rapport à l'extérieur.

 


 

 

J'ai « testé pour vous » sa construction, pour le fun, et me rendre compte des avantages et inconvénients de ce genre d'abri.

J'ai opté pour sa version la plus simple, un gros monticule de neige bien tassé d'environ 2 M de long sur 1M de haut, dans lequel j'ai creusé un tunnel d'environ 1M50 de profondeur. Je me suis donc retrouvé avec des parois de 20 ou 30 CM d'épaisseur, ce qui est un minimum.

Je me suis servis de la neige dégagée en creusant pour augmenter l'épaisseur des parois extérieures. J'ai également construis deux petites avancées latérales afin d'y déposer et sceller une bâche qui m’a permit d'augmenter la profondeur et de fermer l'entrée de l'abri.

 

 

 

Attention, même si c'était ici pour « s'amuser », il ne s'agit pourtant pas d'une tâche aisée et rapide.

Il à fallut plusieurs heures pour amonceler la neige, l'agglomérer et la durcir on la tapotant, puis la creuser. Je m'imagine bien qu'en cas d'une situation d'urgence réelle dans la nature, il ne faut pas s'y prendre à la dernière minute, surtout avec la nuit et les température qui tombent vite en cette saison.

Surtout que l'on ne dispose pas tout le temps d'outil adéquat, comme au minimum, d'une pelle à neige, pourtant indispensable dans ce milieu.

 

 

 

Dans la nature, il est sûrement plus aisé et rapide de creuser dans un tas de neige déjà existant (pied de colline, par exemple).

De la même manière, s'il s'agit d'une question de temps, se construire un muraille ou un « cratère » de neige recouvert de branchages et/ou d'une bâche solidement ancrée, pouvant résister au poids d'une bonne couche de neige supplémentaire, peut être une option intéressante.

 

Avant de m'y glisser sur le ventre, pieds en premiers, j'ai disposé un épais tapis de sol en mousse afin de m'isoler du froid et de l'humidité.

J'en ai roulé l'extrémité afin de mieux calfeutré l'ouverture, tout en laissant un filet d'air pour respirer et évacuer un minimum d'humidité. Faut pas se leurrer, il fait quand même froid et humide là dedans.

 

Attention ! La sécurité avant tout !

 

Bien tasser la neige avant de s'en servir comme abris, autrement on risque de s'y trouvé piégé ou d'avoir perdu de précieuses heures à sa construction!

Bien surveiller l'état des parois externes et internes, si ça commence à « suer » abondamment, il faut abandonner l'abri et s'en trouvé rapidement un autre !

Je m'y suis installé les pieds vers l'intérieur et la tête vers l'extérieur, pour les mêmes raisons de sécurité.

Garder une pelle auprès de soi.

 

Vu le camouflage parfait de ce genre d'abris dans le milieu naturel, signaler sa présence par quelque chose qui ressemble à un drapeau au bout d'une longue perche peut être une bonne idée.

Cela peut faciliter sa localisation par des promeneurs/sauveteurs ou éviter de se faire rouler dessus par un 4*4.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    TATA JAPONAIS... (vendredi, 08 février 2013 09:29)

    T'es carrément IN-CROY-ABLE homme des bois ;-)